Le guide ultime des robes de mariée philippines

Gracieuseté de VINTA Gallery

Shopping pour le robe de mariée parfaite est passionnant mais peut souvent être accablant. Les mariées à la recherche d'une robe qui reflète également leurs racines culturelles peuvent ressentir ces sentiments multipliés par dix. Pour les mariées d'origine philippine, grandir en Amérique du Nord pourrait signifier s'éloigner de leurs propres pratiques culturelles. Mais cela ne signifie pas que l’empressement d’incorporer leurs racines dans leur mariage - en particulier leur robe de mariée - est diminué de quelque manière que ce soit.



Entrez le Philippiniana, un terme générique pour tout ce qui est traditionnellement sur le thème philippin. Le Barong Tagalog délicieusement transparent et le Terno chic avec ses élégantes manches papillon sont ce qui me vient immédiatement à l'esprit, mais il y a beaucoup plus à considérer lors du choix d'une robe de mariée philippine, et certainement, beaucoup plus de possibilités vestimentaires à explorer.

Une brève histoire de la Philippine

La forme la plus connue de Filipiniana est le Terno élancé et moulant avec des manches papillon. Mais au fond, Filipiniana est le Baro’t Saya, qui se traduit par «chemise / chemisier et jupe», qui était portée par les femmes à l’époque préhispanique et par les femmes des sociétés non chrétiennes aux Philippines. Le Baro't Saya se compose d'un chemisier à la taille (baro ou camisa), d'une jupe longue (saya ou falda), d'une surjupe plus courte (tapis ou patadyong) et d'un foulard ou châle (pañuelo ou alampay), porté sur le épaules.

Le Baro’t Saya a produit de nombreuses variantes au fil des ans. L'aristocratique Traje de Mestiza est parmi les plus reconnaissables avec ses manches de pagode et ses luxueux détails en dentelle et broderies le Balintawak, la variante décontractée utilisée dans les zones rurales, le Kimona qui était plus largement porté aux Visayas, avec la surjupe tubulaire a vu l'unification du chemisier et de la jupe à la fin des années 1940, et reste la forme la plus reconnaissable de Philippine à ce jour.

Ce qu'il faut savoir sur la Philippine

«Le défi avec Filipiniana est la coupe», explique la créatrice de mode philippine Caroline Mangosing à propos des défis du prêt-à-porter formel philippin. «La taille est généralement le problème - elle est très petite et les manches sont courtes.»

Rencontrez l'expert

Caroline Mangosing est la fondatrice et propriétaire de la société torontoise Galerie VINTA , une marque de mode durable spécialisée dans la mode philippine moderne sur mesure et prêt-à-porter produite de manière éthique aux Philippines.

Le tissu traditionnellement utilisé avec Filipiniana de haute qualité présente également ses propres défis. La qualité pure classique et la texture soyeuse de la Filipiniana sont obtenues en utilisant la Piña, une fibre naturelle provenant de feuilles d'ananas rouge natif des Philippines, ou Jusi qui provient d'Abacá, ou chanvre de Manille. Les deux tissus, bien qu'idéaux pour l'humidité des tropiques philippins, ont tendance à devenir cassants et facilement endommagés dans le climat sec d'Amérique du Nord. La nature délicate de ces tissus, associée à leur rareté et à leur vaste processus de tissage à la main, augmente leur prix.Cela conduit à l'utilisation d'organza de polyester dans de nombreux prêt-à-porter philippins bon marché mais visiblement de mauvaise qualité, plus faciles d'accès pour les mariées en dehors des Philippines.

Mais ces tissus traditionnels ne sont pas nécessairement ce qui fait une robe de mariée philippine. Mangosing explique que l'une de ces trois choses dicte vraiment la forme de toute tenue philippine: le tissu transparent, la broderie et la structure - en particulier des manches papillon. Parce qu’elle ne recommande pas la pure Piña pour ses clients en Amérique du Nord, Mangosing a inventé une version innovante des méthodes traditionnelles: «Je n’utilise que de l’organza de soie et du Jusi, et de la soie de coton de Corée. Il est translucide, mais très soyeux. '

Tissu d'ananas philippin

Piña est considérée comme la reine de tous les Philippines tissus , avec son brillant soyeux et sa douceur luxueuse. Bien qu'elle soit souvent contournée par des tissus moins chers et plus accessibles comme le coton, l'industrie du tissage de Piña reste dans de petites enclaves aux Philippines. Sa nature légère le rend facile à mélanger avec d'autres tissus. «Les tisserands de [l'île de Panay] mélangent Piña avec du coton», raconte Mangosing. 'C'est beau mais super cher.' Piña Seda, un mélange de Piña et de soie, devient également populaire.Piña-Jusi est également un autre mélange populaire.

Beaucoup de gens confondent souvent d'autres tissus pour cela, mais Mangosing nous dit qu'il n'y a qu'une seule façon de savoir si un tissu est vraiment Piña: «L'organza de soie est une imitation de Piña, où vous pouvez voir la grille des fils, mais avec la vraie Piña, vous pouvez ne voyez que les fils horizontaux. »

Manches papillon

Bien que la Philippine ait commencé avec des manches de pagode en pente et soit généralement masquée par des châles, le style papillon a commencé à flotter vers les années 1920. Au moment où les années 1940 ont roulé, la manche papillon était là pour rester. 'Mais il y a une différence entre une manche bouffante moderne que vous pouvez trouver chez Zara et une manche papillon', précise Mangosing. 'Une manche papillon qui est philippine a le bord sur le dessus de la manche et c'est un peu plat.'

Pour réaliser l'arc, chaque manche est construite avec un nombre spécifique de plis et doublée de cañamaso - un tissu de filet rigide - afin de conserver sa structure verticale. Ce type de structure rend les manches papillon traditionnelles très délicates - elles sont donc généralement détachables de la robe et sont difficiles à déplacer. 'Cela ne récupère pas une fois écrasé, alors vous auriez juste ce pli étrange dans votre manche rigide . »

Mangosing a trouvé une solution moderne, née de la nécessité pour sa clientèle nord-américaine de mettre des manteaux sur leurs robes philippines. «J'utilise un tulle ballerine dur pour la doublure afin qu'il se plie et se plie sous une veste et se relève.» Elle ajoute également des surpiqûres autour du bord de la manche afin qu'elle puisse être facilement pressée à plat. De nombreuses mariées qui choisissent la route philippine pour leurs mariages aux Philippines optent également pour les manches papillon traditionnelles tissées séparément pour correspondre aux robes de mariée sans manches prêt-à-porter à la place.

Une chose que Mangosing recommande aux mariées quand il s'agit de robes de mariée philippines est d'opter pour des pièces d'ensemble. Non seulement la Filipiniana faite sur mesure coûte cher, mais elle sert également de pièce de culture / patrimoine tangible et portable, il est donc logique de la porter plus d'une fois. Les mariées couture de Mangosing demandent généralement des pièces d'ensemble où elles peuvent échanger les bas contre des pantalons ou des jupes plus confortables à porter pour la réception.

13 traditions de mariage philippines à connaître

Choix De L'Éditeur


Une belle cérémonie de mariage iranien à Long Beach

Vrais Mariages


Une belle cérémonie de mariage iranien à Long Beach

Ce couple a combiné leurs traditions de mariage iraniennes avec leur design épuré pour rester concentré sur leur amour toute la nuit

Lire La Suite
20 petites robes d'invités de mariage à cravate noire pour une célébration formelle

Autre


20 petites robes d'invités de mariage à cravate noire pour une célébration formelle

Si vous êtes à la recherche d'une petite robe noire, nous avons sélectionné certaines des plus belles options que vous pouvez acheter en ce moment.

Lire La Suite